Identifiez-vous



 > Login
 
 
     
 
ACCUEIL > Guides > Carnets de voyage > Beau canret
Rechercher Ok
 
évaluation
D'après 1 avis
9/10
 

Beau canret

 
 

Beau canret

 

Bill de Blasio, l'agitateur de New York

A peine élu, Bill de Blasio est déjà le plus grand maire de l'histoire de New York. Avec son mètre quatre-vingt-quinze, il dépasse de cinq centimètres John Lindsay, qui occupa son fauteuil de 1966 à 1973. Sur la couverture du New York Magazine du 4 novembre, ses bras, qui n'en finissent pas, n'ont aucun mal à enlacer sa femme, noire, et ses deux adolescents : une vraie pub « United Colors of Benetton ». Pendant toute la campagne, le futur vainqueur de l'élection du 5 novembre a fait de sa famille son meilleur argument.

Michael Bloomberg, son prédécesseur, qui a dirigé la ville pendant trois mandats, n'a toujours pas digéré que Bill de Blasio fasse tourner son fils dans l'un de ses spots télévisés pour la campagne électorale. « Le seul démocrate qui a le courage de rompre avec les années Bloomberg », disait Dante de Blasio, 15 ans, avec sa coupe afro, promettant que son père « mettrait fin à la politique d'arrestation et de fouille au corps qui cible les gens de couleur ». « Campagne raciste ! », avait pesté Bloomberg.





Victoire

N'empêche, une grande partie des New-Yorkais, progressistes dans l'âme, se sont sans doute retrouvés au travers de son couple mixte, de son épouse, Chirlane, militante de la cause homosexuelle, et de ses deux enfants, qui n'hésitent pas à dire ce qu'ils pensent. Résultat, Bill de Blasio, 52 ans, a battu à plates coutures son adversaire, le républicain Joe Lhota, auprès de toutes les catégories de la population : Blancs, Noirs, Hispaniques, jeunes, vieux, hétérosexuels et homosexuels.

Pourtant, malgré sa grande taille, personne ne l'a vu venir. Son expérience politique de conseiller municipal lambda du quartier de Brooklyn, son rôle actuel de médiateur de la ville de New York n'en faisaient pas un favori. Mais ses adversaires démocrates, pourtant mieux dotés, sont tous tombés les uns après les autres. L'ancien représentant de New York, de 2009 à 2011, Anthony Weiner, s'est empêtré dans un scandale sexuel. Christine Quinn, un temps donnée favorite, s'est laissé piéger par l'adoubement plus ou moins assumé de Michael Bloomberg, sans anticiper que les New-Yorkais avaient envie de tourner la page.

"PENSÉES ULTRALIBÉRALES"

En politique, il faut avoir du flair, et Bill de Blasio en a à revendre. Il a su surfer à merveille sur l'évolution démographique de sa ville, qui n'a plus rien à voir avec celle qui a élu il y a douze ans Michael Bloomberg : plus jeune, plus diversifiée, mais aussi plus clivée entre ces 46 % de la population qui vivent en dessous ou juste au-dessus du seuil de pauvreté et les nantis de Manhattan ou les bobos de certaines zones de Brooklyn, qui eux, commencent à sentir les effets de la reprise économique. Le fameux Conte de deux cités, son thème principal de campagne, en allusion au roman de Charles Dickens.

Begal




Date de publication :
06/11/2013

Auteur :

 


Alerte

 

Envoyer
Les avis des internautes
 
Soyez le premier à laisser un avis !
 
 
Notez ce carnet de voyage : [0 à 10]